Share
twitterlinkedinfacebook
Image 1 of 1
_DSC1104.jpg
Danse et théâtre musical - Afrique du Sud..Palais Royal (1er)..16, 17 et 18 juillet à 22h..Tarif 1..Robyn Orlin..Walking next to our shoes...intoxicated by strawberries and cream, we..enter continents without knocking.....Création 2009 - Première à Paris..Chorégraphie : Robyn Orlin..avec : Nhlanhla Mahlangu, Dudu Yende, Vusumuzi Kunene, Thulani Zwane..et la chorale PHUPHUMA LOVE MINUS..Busani Majozi, Jabulani Mcunu, Mbongeleni Ngidi, Mbuyiseleni Myeza, Mlungiseleni Majozi, Mqapheleni..Ngidi, Saziso Mvelase, Siyabonga Manyoni, S'yabonga Majozi..Assistant à la chorégraphie : Nhlanhla Mahlangu..Costumes : Birgit Neppl..Lumières : Robyn Orlin/Denis Hutchinson..Vidéo : Philippe Lainé..Conseiller musical : Boris Vukafovic..Coordination : Daniela Goeller..Comment ça va en Afrique du Sud ? Réponse de l'iconoclaste Robyn Orlin : "Nous ne sommes pas..pauvres... Nous continuons à faire la fête et à exprimer nos idées." Petite plongée musicale dans les..rues de Johannesburg, entre élégance et dénuement...En zoulou, "marcher à côté de ses pompes", ce n'est pas être perdu mais être pauvre. Au début du XXe siècle,..les travailleurs immigrés à la ville étaient parqués dans des hôtels - lorsqu'ils rentraient le soir, ils devaient se..déchausser et marcher sur la pointe des pieds pour faire le moins de bruit possible. De là sont nés un verbe qui..signifie "piétiner soigneusement" et un style de chant a cappella teinté de gospel, l'isicathamiya. Un blues à la..sud-africaine qui se pratique aujourd'hui dans les rues des grandes villes sous forme de concours d'éloquence..et d'élégance. Cette tradition, Robyn Orlin la revisite avec son humour corrosif, et elle nous donne au passage,..sans pathos ni concessions, quelques nouvelles de l'Afrique du Sud post-apartheid. Avec les dix chanteurs du..choeur traditionnel Phuphuma Love Minus, une chanteuse lyrique, deux danseurs et un swanker - très chic..sapeur à la mode de Durban.....© Laurent Paillier/ photosdedanse.com